SORTIES CLUB

  • 13

    restau

    restau

    -Nos sorties restau ont pour but de se retrouver, tous ensemble autour d'une table, afin d'échanger notre passion, de parler de la "vie" et bien entendu de se connaitre au travers d'un échange culturel, avec conjoint (e) et enfants..............Dans la joie et la bonne humeur !!
  • 15

    étangs de comelle

    étangs de comelle

    -Les étangs de Commelles sur les communes d’Orry-la-Ville et de Coye-la-Forêt au sud du département de l'Oise font partie du domaine de Chantilly. Créés au xiiie siècle dans la vallée de la Thève, c'est un des lieux de promenades très fréquentés de la forêt de Chantilly. -Les étangs sont situés dans la vallée de la Thève, affluent de la rivière Oise, dans le bassin de la Seine. Cette rivière longue de 33,5 km comprend plusieurs étangs dans sa vallée : les étangs Saint-André à Thiers-sur-Thève en amont de Commelles ou encore les étangs de Royaumont en aval. -Le nom de Commelles connaît encore aujourd'hui des graphies très variables : Comelle, Commelle, Comelles, Commelles. Aucune uniformisation de l'orthographe n'existe, même au niveau local3.
  • 33

    Bruges

    Bruges

    -Bruges est une ville où il fait bon vivre et où tout visiteur se sent chez lui. Façonnée au fil des siècles, la ville de Bruges est devenue une perle de l'architecture tout en restant une cité à dimension humaine.
  • 29

    Belleau

    Belleau

    Le Bois Belleau, situé près du village, a été le théâtre d'une bataille lors de la Première Guerre mondiale. Entre le 1eret le 26 juin 1918, la deuxième division américaine (dont faisait partie une brigade entière de « Marines ») y a affronté une position allemande (comprenant des éléments des 237e, 10e, 197e, 87e et 28e divisions). Ce fut l'une des plus féroces batailles de la première guerre, notamment pour le corps des marines américains. Le château de Belleau appartenait avant la Première Guerre mondiale à la famille du célèbre avocat PAILLET.   http://www.musee-memoire-souvenir-belleau.com/
  • 79

    Musée de la mine du nord-Lewarde-Pas de Calais

    Musée de la mine du nord-Lewarde-Pas de Calais

    Situé à Lewarde, à 8km de Douai dans le Nord, le Centre Historique Minier se trouve au coeur du bassin minier. Il est installé sur le carreau de l’ancienne fosse Delloye qui regroupe 8 000 m² de bâtiments industriels, sur un site de 8ha.  On plonge dans les entrailles de la mine ! Après avoir emprunté la passerelle du personnel pour se rendre au moulinage et au triage où femmes et galibots étaient affectés au tri du charbon, les galeries permettent de comprendre l’évolution des techniques et des conditions de travail au fond de 1720 à 1990. La fosse Delloye, l’authenticité des lieux de travail Vêtements suspendus dans la salle de bains, lampes alignées dans la lampisterie, hennissement du cheval dans l’écurie, imposantes bobines de la machine d’extraction… on pénétre dans les lieux emblématiques de l’ancienne fosse.  
  • 9

    Reconstitution Bataille de l'Ourcq

    Reconstitution Bataille de l'Ourcq

    Début septembre 1914, Français et Anglais s'organisent pour prendre les troupes de l'impétueux général Van Klück en tenaille entre l'Ourcq et la Marne, et ainsi briser la ligne allemande qui s'étend jusqu'à Verdun puis Mulhouse. En effet, le général Van Klück, non content de devoir stopper sa progression pour attendre la seconde armée de Van Bülow, désobéit à son Etat-Major. Il poste une garnison devant Paris (à Luzarches) sans avoir d'information sur les effectifs du camp retranché français commandé par le général Gallieni. Il continue sa marche vers le Sud–Est de Paris pour rattraper le corps expéditionnaire anglais avec lequel il s'est battu à Mons et au Cateau. C'est à partir de cette erreur commise par Van Klück que les alliés vont organiser leur contre-offensive. Ils envoient plusieurs régiments au nord de Meaux, mais aussi vers Nanteuil-le-Haudouin en réquisitionnant les taxis parisiens. Quand l'attaque est lancée, Van Klück est déjà à Rebais. Il organise son repli en tenant les Anglais à distance, tout en revenant sur ses pas. Un de ses régiments d'infanterie est envoyé à marche forcée en renfort sur les positions qu'il a précautionneusement implantées sur le plateau du Multien. La manoeuvre que les Français prévoient est l'enveloppement des Allemands depuis l'Ourcq en direction de Château-Thierry par la VI° armée du général Maunoury. Les combats se déroulent du 5 au 9 septembre 1914 depuis les hauteurs de Monthyon puis vers l'est, sur les communes de Marcilly, Douy-la-Ramée, Puisieux, Etrépilly, Vincy-Manoeuvre... Après d'âpres combats et d'intenses pilonnages, les Allemands entament leur repli général le 9 septembre, incendiant tout sur leur passage. Le front se stabilisera 70 kilomètres plus au Nord-Est, dans l'Aisne. Le conflit commence alors sa guerre de position.